Notre Lycée
Camping 2012 - La Chaleur du Feu et celle du Cœur
Français facile : Connecteurs de phrases
Préparez vos examens de français avec TV5MONDE
Fête francophonie 2003 et 2017 à Can Tho
La marche des élèves de CVL
 
Liens utiles
Avoir et Etre
Anglais facile : Comment féliciter quelqu’un
La journée de la Francophonie
CanTho notre ville
Pour apprendre les sciences et langues
 
"Le 26.09.07... Maman, je vais changer ma vie ! "

Mais le fils n’aura plus jamais la chance de revenir chez lui reconstruire leur maison paillote.

        • Lâm Phước Tường
        • Trần Thị Thu Hân

Il y a des ouvriers qui ont participé à la construction du pont de CanTho avec l’espoir de "changer la vie". Ils ne savaient pas qu’un danger les attendaient...

Le 26 septembre 2007, à 7h52, les ouvriers s’appliquaient au travail. Tout à coup, un layer s’est effondré. Beaucoup d’entre’eux ont été tué sur le coup. Ce fut un jour effroyable rempli des larmes des familles de victimes.

La mère d’une victime raconte pitoyablement : "Ce matin, avant de partir travailler, mon fils m’a dit qu’il travaillerait encore 9 jours pour pouvoir toucher sa solde et qu’il achèterait alors des feuilles pour réparer notre paillote. Mais ... " Ce fils n’a plus jamais de chance de revenir chez lui réparer la maison où sa mère l’attendait. Il a perdu sa vie dans l’effondrement du pont, abandonnant sa mère et sa famille. Il n’y laisse que la douleur.

En s’engageant dans le chantier d’un simple salaire de 1,5 million de VND par mois (soit 70 euros), ces misérables ouvriers ont espéré réaliser leurs rêves d’améliorer un peu la vie de leur famille. Mais en un clin d’œil, le deuil s’est abattu sur leur famille, éteint tout espoir de changer leur vie.

Les familles des victimes sont entrées dans la morgue de l’hôpital pour rechercher leurs proches, bien qu’elles soient terrifiées par des corps horriblement déformés de ces pauvres ouvriers. Beaucoup d’entre eux espèrent que leurs proches ne se trouvent pas parmi ces cadavres. Les autres souhaitent récupérer facilement les corps de leurs proches.Khanh Duy et Phuoc Tuong (JPG)

Chacun son chagrin, son malheur. Mais certainement tous soufrent d’un déchirement d’une profonde douleur dans leur cœur.

 
Copyrights 2006 - Dernière mise à jour Septembre 2007
~ ~